Communiqué FédéGN aux Ligues de la FFTir

Tout sur la Fédération d'AirSoft, et ses travaux en cours...
La FédéGN aide également les Praticants d'AirSoft.
Répondre
Avatar du membre
Cap'tain Caverne
Administrateur GBB-Technics
Administrateur GBB-Technics
Messages : 9983
Enregistré le : 15 sept. 2009, 21:51
Êtes vous un Robot Serveur de SPAM ? : NON
Localisation : ALSACE
Contact :

Communiqué FédéGN aux Ligues de la FFTir

Message par Cap'tain Caverne » 21 janv. 2010, 19:06

Salut,

La suite de l'épisode AirSoft vs FFTir :

Image

Voici un courrier de la FédéGN, adressé à tous les présidents de Ligues de la FFTir.
FédéGN a écrit :Monsieur le président


Vous avez très certainement été informés des volontés de réformes portées par la Fédération Française de Tir.

Si nous vous contactons, c'est que les aspect de la réforme proposée concernant l'airsoft ont fortement choqué les amateurs de cette activité. L'action récente de la FFTir a par bon nombre d'entre eux été considérée comme hostile.

Ainsi, lors d'une réunion, puis un courrier adressé au ministère de l'intérieur, Jean Richard GERMONT évoque le tir a billes de faible puissance comme étant un produit d'appel pour la FFTir.

Afin de permettre une utilisation exclusive de ces répliques dans le cadre de la FFTir, le président de la FFTir demande que le décret réglementant la distribution de ces équipements soit modifié et que tout ce qui est supérieur à 1, joules (voire 0,5 joules) soit classé en 7 éme catégorie.

Cette annonce a bien entendu fait bondir les airsofteurs dont les répliques font en général entre 1 et 1, 5 joules. La colère fut d'autant plus importante que Jean Richard GERMONT demande à ce que les répliques, qui deviendraient ainsi des armes, ne puissent être utilisées que sous l'égide de la FFTir, ce qui modifie également le principe de la 7 éme catégorie puisqu'à ce jour, seules les armes de plus de 10 joules en sortie du canon nécessitent la détention d'une licence FFTir ou d'un permis de chasse pour être acquise par un particulier.

Agissant ainsi, la FFTir tente de s'imposer auprès de plusieurs dizaines de milliers d'airsofteurs, mais aussi de plusieurs milliers de paintballeurs.

Les airsofteurs ont été d'autant plus surpris que Jean Richard GERMONT s'était exprimé quelques semaines auparavant dans les pages du magzine « warsoft » disant n'avoir aucune ambition particulière en ce qui concerne l'airsoft.

De nouveau interrogé courant décembre sur ce sujet après la diffusion des documents cités ci dessus, Jean Richard GERMONT déclare:

Si je voulais me situer dans la fourchette > 2joules et <10 joules c'est bien pour ne pas gêner les jouets soft air. Or à l'heure actuelle les produits testés ne correspondent pas à ma demande sur ce sujet. Il faut donc faire préciser aux textes la possibilité aux mineurs d'utiliser ce type de matériel de puissance "ridicule" dans un cadre structuré associatif.

Ainsi, la FFTir n'arrivant pas à mettre en œuvre des produits adaptés à ses besoins (en raison de sa méconnaissance du secteur et du marché peu important représenté), décide de s'approprier une activité qui s'est considérablement développée ces dernières années sans qu'elle n'ait aucune influence dans son organisation.

Il aurait sans doutes été plus simple, plus efficace , et moins coûteux de prendre attache avec les organisations coordonnant le milieu, organisations qui n'auraient pas manqué d'apporter leurs conseils.

Il paraît évident que le cadre associatif présenté comme celui susceptible de « structurer » est celui de la FFTir. Quid des 800 associations d'airsoft, de la Fédération qui rassemble certaines d'entre elles? (voire des fédérations, les actions de la FFTir ayant été un déclencheur à la création d'une Fédération Française d'Airsoft)

Quid des nombreux revendeurs de matériel d'airsoft qui devraient devenir armuriers pour pouvoir poursuivre leur activité?

Doit on sacrifier un milieu entier pour faire tirer quelques mineurs avec des répliques d'airsoft ?

Il apparaît en effet que ce qui gène la FFTir dans le décret de 99 est l'impossibilité de fournir des répliques d'airsoft de plus de 0,08 joules à des mineurs. Or cette situation nous paraît tout à fait adaptée et est communément admise par le milieu de l'airsoft, voire mise en avant.

D'autant que des produits à billes de plus de deux joules existent sur certains marchés étrangers. Par ailleurs, en France il existe aussi les lanceurs de paintball dont la technologie permet de tirer à plus de 2 joules également.

Nous sommes dans une période où certains prônent un « tout sécuritaire » dont l'objectif est de priver les honnêtes citoyens de leurs loisir, voire leur passion, sans pour autant avoir une réelle influence sur la délinquance et les détentions illégales d'armes. Quel intérêt la FFTir a t'elle de se mettre a dos des dizaines de milliers d'amateurs d'airsoft, voire de paintball en les pointant du doigt devant l'état et en demandant une législation finalement plus stricte que celle existant actuellement ?


Plus de 3000 airsofteurs ont signés à ce jour la pétition initiée par la FédéGN à la demande de certains d'entre eux.

Lettre ouverte à Monsieur Germont, Président de la Fédération Française de Tir

Dans le magazine Warsoft de juillet dernier, vous affirmiez ne pas vous intéresser à notre loisir qu’est l’airsoft. Quelques semaines plus tard, une réunion avec une représentante du ministère de l’Intérieur est organisée à la suite de laquelle une lettre est adressée à ce même ministère.

Revenant sur vos déclarations initiales, vous demandiez la classification des « armes » de plus de 0,5 Joules en 7ème catégorie 2ème paragraphe.

Votre Fédération se vante d’être investie d’une mission sociale.

En proposant le reclassement des répliques de plus de 0,5 Joules, avez-vous pensé aux conséquences pour les dizaines de milliers de joueurs d' airsoft, ainsi que pour les centaines de salariés de cette industrie en forte croissance ?

L'airsoft n'est pas du tir, pas plus que le tir n'est du jeu de rôle...

Nous, airsofteurs, demandons aujourd’hui à Monsieur Germont de retirer sa demande de modification de la loi et déclarons ne pas vouloir adhérer à la FFTir pour continuer à pratiquer notre loisir.



La FédéGN est prête à collaborer à tout projet sérieux concernant l'airsoft et a apporter ses conseils à toute organisation en ayant besoin. Elle n'a aucune velléité agressive envers les tireurs, quelle que soit leur pratique. Elle trouve dommage qu'une fédération de l'importance de la FFTir tente de faire modifier les règles de fonctionnement d'un milieu qu'elle ne connaît pas ou peu, alors que si elle s'était adressée à ses acteurs principaux, elle aurait très certainement obtenu des conseils dans le cadre de son développement d'une pratique de tir à billes de plus de 2 joules.

Nous souhaiterions dans cette situation tout à fait regrettable connaître votre position en tant que représentant officiel de la FFTir dans votre région.

Nous tenons bien entendu à votre disposition la totalité de ces échanges tenus en coordination avec la FédéGN par le rédacteur en chef du magazine Warsoft dans le cadre de cette opération et restons disponibles pour de plus amples renseignements sur l'airsoft, si vous souhaitez en obtenir.


Pour la FédéGN

Le responsable airsoft

Alexandre TAME

Cordialement,

Le Staff | GBB Technics.

Répondre

Retourner vers « - Fédération Française d'AirSoft / FédéGN »